27/02/2005

Paradise 1

De : Fleurdudesert@Paradise.com
A : ma chère cavalière
Subject : juste un aurevoir
 
Ma chère cavalière, ne pleure pas, ça ne sert à rien. je suis mieux ici, tu le sais. Ne te fais pas du mal, tu as fait le bon choix, ne t'en veux pas. J'étais trop vieille.Te souviens-tu quand tu m'as achetée ? J'étais destinée à la boucherie. Battue et abandonnée, j'avais été récupérée in extremis par un club, mais j'avais peur de l'humain, on ne savait pas quoi faire de moi. Puis, un jour, tu es venue, assister à un concours auquel participait une de tes amies. Tu m'as vue et est arrivée près de moi. Tu m'as tendu la main, avec douceur, tu m'as caressée l'échine. Puis, la gérante est venue et t'a expliqué mon cas. je suis partie au galop, à l'autre bout de la prairie, toi, tu m'observais.. Tu es ensuite partie.Je croyais ma fin arrivée quand j'ai un van s'est garé face au prés où je broutais. Je n'ai même pas lutté. On m'a placé les bandes de transport, la couverture matelassée, le protège-queue et puis on m'a fait entrer dans le van. Nous avons roulés pendant une heure, puis j'ai entendu du bruit. On a abaissé le pont latéral et je suis sortie. Il y avait un grand prés, avec une petite instalation qui sera mon box, ma salle de pansage et ma douche. Et je t'ai vue, appuyée contre la clôture. Tu es venue m'enlever les protections et changea mon licol.Tu étais devenue ma cavalière.
 
Tout les matins, avant de partir travailler et le soir, avant de te coucher, tu t'occupais de moi. Tu passais des heures à me panser, à travailler avec moi, à me dresser pour que je redevienne un cheval normal. Nous allions souvent nous balader, pendant des heures. Tu adorais aussi me prendre en photo. Et quand tu partais pour un "reportage", tu me confiais à une amie, qui s'occupait toujours très bien de moi.Tes trois chats me tenaient compagnie. Un jour, tu es arrivée avec un poney, Tommy, assez vieux. Tu t'es occupée de nous avec tendresse.
 
Puis, un jour, Il est arrivé. Vous sembliez si heureux ! J'en étais un peu jalouse, car tu me consacrais un peu moins de temps. Et lui, je l'impressionnais. Puis, tu lui a appris à ne plus avoir peur de moi. Et j'étais deux fois plus bichonnée, car vous m'adoriez tout les deux.Un jour, tu es venue près de moi avec un ventre plus gros, pour me dire "au revoir"....Et il fut seul à s'occuper de moi. Quand tu es rentrée, tu tenais un petit paquet dans tes bras, je me suis demandée ce que c'était, peut-être des carottes ! Et bien non, c'était un (j'appris plus tard que c'était une) petit humain, tout rose, avec des grands yeux verts. Quel changement ! Tu eus deux enfants, qui grandirent à mes côtés. Tu en prenais souvent un en balade avec toi, sur mon dos. Pourtant, plus ils grandissaient, plus je vieillissais. Tu as finalement fais venir le vétérinaire. C'était une bonne solution, je n'ais pas souffert. Vous avez tous pleuré, comme quand Tommy, Caline, Night et Fleur sont morts.Mais je dois te dire, ma chère cavalière, ma petite humaine, que je t'aimerais toujours et que je te remercie pour tout ce que tu as fais.Merci
 
Ta Fleur du Désert

18:59 Écrit par Miss Evergreen | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.