10/04/2005

Renaissance

Ils ont criblé mon corps de leurs flèches, traits de métal glacé. Je me suis envolée, pour retomber, face à la poussière. Mes ailes, brûlées par le soleil que j'avais cotoyé de trop près, ne m'ont pas protégé. Mon sang s'est écoulé, lentement, cadavre exsangue. Je me suis relevée, en silence, dans le froid et la douleur. Une à une, j'ai enlevé les flèches. Mes blessures se sont recouvertes de glace, des ailes or et sang m'ont poussé dans le dos, m'envellopant, chrysalide de plume. J'ai éclot, coquelicot de verre coloré. Et j'ai marché, vers eux, silencieuse. Et ils ont reculés.
 
J'ai changé. Mort et renaissance. Un ange excentrique est sur terre.

12:25 Écrit par Miss Evergreen | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.