15/04/2005

Terreurs enfantines

Dans ma chambre de gamine, le soir au fond de mon lit, mes terreurs et pleurs sont infantiles. Je pleure, de douleur et de peur. Si mal. Mon monstre du placard avec ses yeux qui, dans le noir, s'allumaient, a disparu, remplacé par la douleur de t'avoir perdu.
 
Même si je sais que tu ne m'aimes plus, même si je sais que mes pleurs n'y changeront rien, je laisse tomber mes larmes et me confie au plafond, car je suis ma seule amie (et ennemie), comédienne excentrique et fantaisiste.
 
Ce sont mes talents de comédienne qui me tiennent en vie, car sans eux, je serais déjà morte. Que vaut la vie, à quoi bon vivre si l'on est pas aimé ?

17:35 Écrit par Miss Evergreen | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.