09/08/2005

SM

Le fouet rebondit et claque sur la peau pâle, maladive, dans un bruit sec et excitant. Le sang coule, sublimant encore plus le blanc de la chair. Elle est faible, la chair, si faible, on doit la punir…. Les caresses se mélangent aux coups et pincettes, la douleur au plaisir, l’un se substitue à l’autre, vraiment ?

 

L’écrin de latex noir et brillant félinise, assauvagit le corps, lionne ou tigresse ? Les soupirs, (plaisirs ?) s’envolent des bouches rougies, la douleur exhale le plaisir. Tout n’est que volupté, luxure, indécence. Les cordes s’enroulent autour des membres fatigués, les chaînes rafraîchissent les êtres brûlants.

 

Indécence, serait-ce une trop jeune demoiselle assise là ? Non, une beauté angélique vêtue de latex et de cuir, petite écolière qui écoute et obéit à son maître… Les corps se fondent, se mélangent, les coups sont douloureux, mais tellement plaisants, c’est tellement bon d’être dominé…Mais le dominé ne serait-il point dominant ? En effet, le dominant ne peut plus se passer de son esclave…

 

Si belle, la chair endolorie, enchaînée, encordée…Si excitantes, ces cordes sévèrement attachées autour de la blancheur d’un beauté angélique, on ne bouge plus, on se tait, sinon le maître sévira ! Que tu es belle, regarde, que je suis bon ! Je te détache et copulons, enfin ! Nos jeux de l’amour ne nous mènent-ils pas à cela ?


21:19 Écrit par Miss Evergreen | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.